Home / Analyse / DIPLOMATIE : Le point de la visite de Patrice TALON au BURKINA-FASO

DIPLOMATIE : Le point de la visite de Patrice TALON au BURKINA-FASO

Patrice TALON et Rock-Christian KABORE

Au deuxième jour de sa visite de travail au Burkina Faso, le président de la République, SEM. Patrice TALON s’est rendu, dans la matinée de ce mardi 10 octobre, au Palais de Kosyam où il a eu une entrevue avec le locataire des lieux, le président Roch Marc Christian KABORE.

A l’issue de cette entrevue, il a été procédé à la lecture du communiqué conjoint. Il s’en dégage, entre autres, que :

  • Evoquant le contentieux juridique frontalier entre les deux pays, les deux chefs d’Etat ont convenu de faire respecter les termes du communiqué conjoint du 19 mai 2009 ainsi que les dispositions du compromis de saisine de la Cour internationale de Justice (CIJ) signé le 07 septembre 2009, afin de préserver la paix et la sécurité entre leurs populations riveraines de la frontière. Ils ont également convenu d’organiser dans les meilleurs délais la cérémonie d’échange des instruments de ratification du Compromis, afin de diligenter la saisine de la CIJ.
  • Evoquant la protection et l’exploitation du Parc W d’Arly et de la Pendjari, les deux chefs d’Etat ont convenu d’une part, de la nécessité de réduire les activités humaines préjudiciables à son intégrité, et d’autre part d’intensifier leurs efforts en vue de faire de ces espaces agroécologiques, un pôle d’attraction écotouristique d’envergure.
  • Les deux présidents ont exprimé leur convergence de vues sur la nécessité de mettre en œuvre de grands projets intégrateurs routiers, ferroviaires et énergétiques dans l’espace UEMOA. A cet effet, ils ont réaffirmé leur ferme volonté de voir se concrétiser le projet de la « boucle ferroviaire Cotonou-Parakou-Dosso-Niamey-Ouagadougou-Abidjan pour favoriser les échanges commerciaux et l’intégration régionale.
  • Les deux chefs d’Etat ont exprimé leurs préoccupations devant la persistance de foyers de tension en Afrique. Ils ont appelé les différents protagonistes à privilégier le dialogue et la concertation pour un retour définitif à la paix.
  • Les deux chefs d’Etat ont condamné les essais nucléaires de la République Populaire Démocratique de Corée qui menacent la paix dans la péninsule coréenne, et ont appelé à un respect des résolutions pertinentes du Conseil de Sécurité.
  • Ils ont lancé un appel en faveur d’une gouvernance mondiale plus transparente, démocratique et équilibrée, qui accorde notamment une meilleure place à l’Afrique. A cet égard, ils ont réitéré l’urgence d’une réforme des Nations Unies, rappelant en particulier la position africaine dans le cadre de la réforme du Conseil de Sécurité…

Après ce rituel diplomatique, les deux chefs d’Etat ont animé un point de presse. A l’occasion, le président Patrice TALON a, une nouvelle fois, salué la qualité de la coopération entre le Bénin et le Burkina Faso. Puis il a exprimé sa satisfaction pour la qualité de cette visite de travail. Il en a d’ailleurs profité pour inviter son homologue au Bénin ; lequel a accepté de tout cœur. A charge pour les diplomates d’en fignoler l’organisation.

Profitant de la proximité de la célébration du 30e anniversaire de la disparition du Capitaine Thomas SANKARA (le dimanche 15 octobre prochain), il a eu un mot pour ce leader qui, dit-il, est « une icône qui nous a tant inspirés, et qui a représenté beaucoup pour nous en termes de dignité du continent africain ».

Après les échanges avec la presse locale, direction l’aéroport où, comme à l’arrivée, le chef de l’Etat a eu droit aux honneurs militaires avant de s’envoler pour Abidjan. Après le Burkina Faso, la Côte d’Ivoire est donc la prochaine étape de ses visites de travail dans la sous-région. Sur place, il aura des échanges avec son homologue Alassane OUATTARA dans la soirée de ce mardi ; puis mettra le cap sur Accra (Ghana) ce mercredi 11 Octobre 2017.

SOURCE : Présidence de la République

A propos Ulvaeus BALOGOUN

Directeur de Publication / Journaliste Multi-média

lire aussi.

Justice : Le mouvement de débrayage largement suivi dans les tribunaux et Cours d’appels

Le mouvement de grève de 48h enclenché par les six (06) syndicats de la justice, pour …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *